jeudi 3 mars 2011

Nip Tuck, c'est fini !

Saisons 1 à 6.


Avec l’achat du septième coffret de la série, j’ai pu terminer la sixième et dernière saison de Nip Tuck. Comme tout le monde le sait, la série raconte le quotidien de Sean McNamara (Dylan Walsh) et Christian Troy (Julian MacMahon), chirurgiens esthétiques.

Il existe selon moi deux regroupements à faire sur la qualité et l’intérêt de la série, regroupements faciles puisque le premier concerne les trois premières saisons et le second, logiquement, les trois suivantes.

L’âge d’or : 2003/2006. La première saison nous lance un nouveau feuilleton original, drôle, sexy, visuellement nouveau, mêlant habilement voyeurisme et profondeur, provocation et esthétisme. On y fait la connaissance de deux médecins, amis depuis la fac qui ont monté une clinique de chirurgie esthétique. Nous entrons dans la famille de Sean, marié à la rachitique Julia et leurs deux enfants : Matt au physique atypique et la décorative Annie. Très vite, Christian se révélera être le père biologique de Matt. L’abominable liaison secrète et ancienne de quinze ans refait surface et il est temps pour chacun de gérer sa crise intérieure. Travaillant et vivant pour ainsi dire ensemble depuis toujours, la proximité de Sean et Christian influe directement sur leurs décisions, mais aussi sur le quotidien de tout leur entourage : Matt et Julia dont les positions sont les plus délicates, ainsi que Kimber – bimbo et femme à temps partiel de Christian -, ou encore Liz – anesthésiste de la clinique.

Si ces histoires familiales et amicales occupent beaucoup d’espace, la trame de fond - notamment par le biais des patientes siliconées que les deux hommes opèrent - est avant tout le sexe. Christian a en effet un goût certain pour les plaisirs de la chair. Son charme naturel, sa classe, sa tchatche et sa situation financière aisée en font un tombeur redoutable. Si jusqu’ici on pouvait additionner les problèmes relationnels des personnages et leurs aventures sexuelles, les auteurs y insèrent des éléments scénaristiques alliant suspense et meurtres dès le premier épisode. Les sublimes décors extérieurs de Miami, les plantes sulfureuses qui agrémentent le casting, les voitures de luxe, le chaos de la nuit, ses excès, la bande originale des plus classieuses, ont lancé une première saison sûre d’elle et branchée.

Les téléspectateurs du monde entier (et « votre humble serviteur ») n’ont pas eu à hésiter pour entrer directement dans une deuxième et troisième saison. Deuxième et troisième saisons qui, si l’on n’en croit l’avis des internautes, vont diviser son public. En effet, parallèlement aux histoires de nouveaux Wilbur et autres travestis ou bien sûr aux opérations chirurgicales à la pointe de la technologie et nous donnant toujours plus accès à l’intérieur du corps humain, une grande ligne directrice va faire son apparition pour les deux années à suivre. Si, dès ses débuts, Nip Tuck n’a jamais eu une direction linéaire vendant la chirurgie esthétique au premier degré et sans aucun contrepied critique, un nouveau personnage va « trancher ». Le « Carver » ou « Découpeur » y fait sa loi. Il s’attaque principalement à des jeunes filles mettant l’apparence au centre de leurs préoccupations. Caché par un masque blanc et une tenue noire, non sans rappeler les criminels des films d’horreur cultes de nos jeunes années, il les agresse en les mutilant. Sa signature n’est autre que le sourire de l’ange. Sean, essayant tant bien que mal de représenter la morale à l’intérieur de McNamara/Troy, se propose bénévolement de reconstruire ces victimes. Pourtant prévenus par le « Découpeur », les deux chirurgiens surmédiatisés devront payer le prix de leur engagement. Les deux amis se feront tour à tour agressés et pire que tout, Christian sera violé. Au fur et à mesure du temps, le suspense monte d’un cran, la police en la personne de Kit McGraw ne lâche pas, et jusqu’aux derniers instants de la troisième saison, le téléspectateur cherchera les indices lui permettant de démasquer le tueur potentiel. Comme attendue, l’identité non pas « du » mais « des » tueurs sera à la hauteur puisque la surprise est totale. Le nouveau collègue vite détesté Quentin Costa et sa complice Kit finiront par révéler leur identité, s’acharneront sur la pauvre Kimber en robe de mariée et chose peu commune à la télévision, s’en sortiront à l’autre bout du monde sans aucun retour.

Si j’ai évoqué la division des réactions, c’est que contrairement à mon entourage et à moi-même, une partie du public a regretté la direction prise par ces deux saisons. Trop de meurtres, trop de suspense, trop d’horreur, trop de sérieux, pour un scénario qu’ils préféraient plus léger. Pour ma part, après une première saison sympathique et sulfureuse, j’ai adoré ce récit haletant, sans compter que parallèlement au « Carver », bon nombre de personnages ont eu l’occasion soit d’évoluer, soit de vivre des histoires extérieures tout autant intéressantes, qu’elles soient légères ou profondes.

Arrivent les deux saisons suivantes dont je garde très peu de souvenirs clairs. Je retiens de la numéro 4 un bordel sans nom, un fourre-tout incroyable et qui sera pour moi, le déclin de Nip Tuck. Pourtant, à partir de la saison 5, Sean et Christian déménagent et montent leur nouvelle affaire à Los Angeles, ce qui aurait pu renouveler les scénarios. La saison 6 que je viens de visionner, malgré une première partie plutôt sympathique, utilisera toujours le même ressort, lassant le téléspectateur par ces nombreux changements et retournements de situation peu appropriés.

Je ne m’attarderai pas pendant des lignes et des lignes sur cette ultime histoire, tant elle n’aura pas été passionnante. En gros résumé : Sean, après s’être entiché d’une jeune psychopathe manipulatrice – Teddy – elle-même assassinée dans les bois par un autre taré, tente de se suicider, perd pied, devient alcoolique, recouche avec Julia (fiancée à un vieux et toujours plus insupportable), entretient une aventure sexuelle avec Kimber, se dirige vers l’humanitaire avec Curtis, et pour la sixième saison consécutive, emmerde son monde avec des crises de doute sur l’intérêt de sa vie et de son métier. Lassant. Christian, quant à lui, n’en est pas moins caricaturalement détestable tant ses traits de caractère et réactions sont prévisibles et manquent de dosage. Soigné de son cancer inexistant, après avoir largué Liz comme une chaussette, le chirurgien étale son ego d’épisode en épisode en se plaignant de Mike – nouvel amant bombe sexuelle de Kimber - fait envoyer son fils en prison, manipule son monde pour s’en sortir financièrement, tente de s’envoyer toujours autant de filles, dont Julia, pour finalement – ô surprise ! – se remettre avec Kimber. Cette dernière, ex-star du porno, ex-droguée, ex de Matt , ex-tout, laisse une fois de plus sa fierté au vestiaire en se prosternant devant son Christian toujours plus odieux. Enceinte, forcée d’avorter, à nouveau larguée, Kimber saute d’un bateau. Perdue en mer, elle sera déclarée morte et quitte la série quelques épisodes avant la fin. Nous retrouvons un Christian qui, sans surprise, ouvre les yeux sur ce grand amour pur et éternel qu’il avait pour Kimber, mais qui ne l’empêche pas pour autant de coucher avec sa propre mère. Mère interprétée par une Mélanie Griffith insupportable de niaiseries, et qu’on essaye, comble du comble, de nous vendre comme étant une petite campagnarde naturelle et sans artifice. C’te bonne blague ! Enfin, Matt, dont la base, il y a six ans, avait un réel potentiel, s’est transformé peu à peu en un ramassis de problèmes existentiels tous plus graves les uns que les autres, sans aucun rapport entre eux et qui atteignent leur apogée dans cette saison 6. Après les 2 papas, les aventures sexuelles avec des femmes mûres, des travestis, des transsexuels, des hommes, après les différentes addictions à toutes sortes de produits illicites, les phases de manque, de maladie, le meurtre, les nazis, les coucheries avec sa belle-mère, l’appartenance à une secte de scientologues etc., Matt se pose enfin et devient… mime. On aurait pu y croire, mais évidemment non ! Au bout de quelques jours dans ce costume ridicule, il se met à braquer et finit violé en prison, avant de vouloir changer de sexe. Après le meurtre de son macro, l’éternel adolescent au regard bête se retrouve à l’extérieur toujours paumé, tentant de s’occuper de sa petite fille Jenna, vendant de la moquette, se fiançant à une sainte-nitouche, proclamant une fois de plus des gros changements de vie qui, comme toujours, ne tiendront pas. Ava Moore, personnage important des premières saisons, refait surface et Matt la récupère grâce à un chantage débile. Dès la mi-saison, Ava représente parfaitement et grossièrement ce que les scénaristes de Nip Tuck préparent pour tirer leur révérence, à savoir jouer de la surprise et de la nostalgie. Ce procédé fonctionne souvent très bien - en particulier sur moi - mais ici, TOUS les personnages marquants du show ont droit à un revival sans intérêt : Julia, Annie qui mange ses cheveux, Mike, Erika, Ava donc et même Escobar. La série se termine sur la séparation de McNamara et Troy, puisque Sean, poussé par son entourage, part s’engager dans l’humanitaire à l’autre bout du monde. Christian continue de s’occuper d’opérations chirurgicales en s’associant avec Liz, elle-même enceinte grâce à Sean… Ces dernières lignes suffisent à démontrer à quel point Nip Tuck s’est encroûté de saison en saison.

Sur ces dix-neuf derniers épisodes, si les premiers coulent plus ou moins bien, que ces dix derniers sont mauvais (excepté le numéro 16 se déroulant entièrement dans le cabinet d’un psy), c’est l’épisode 10 qui tire son épingle du jeu grâce à Liz qui tape complètement juste dans son monologue face à Christian, et surtout à un guest de choix Eric Stonestreet (révélé avec son rôle de Cameron dans Modern Family) accusé à tort pour un horrible viol, il finira sur la chaise électrique arrachant des larmes aux téléspectateurs.

En conclusion, vous l’aurez compris, Nip Tuck était une série qu’il était temps de finir. Les trois premières saisons ont été exceptionnelles. Désirant retrouver la fraîcheur de ses débuts, puis se renouveler, la mayonnaise prend difficilement. Le défaut principal de cette deuxième moitié et le manque de lignes directrices pour les personnages en eux-mêmes, les rapports qu’ils entretiennent et les choses qui leur arrivent. Tout le monde aura couché avec tout le monde. Aucune sexualité ne reste stable. Les personnages finissent toujours par faire marche arrière dans ce que l’on pensait être leur évolution, trahissant ce qu’ils avaient un jour entrepris. Sean et Christian perdent de leur attrait physique et même moral. Leur relation amicale, voire familiale, devient toujours plus bancale. Les événements extérieurs, que ce soit les patients et les intrigues principales quand elles tiennent debout, relèvent de l’exception.


Notes des épisodes :
1 : 13,5/20 - 2 : 13/20 - 3 : 14/20 - 4 : 13,5/20 - 5 : 13,5/20 - 6 : 13,5/20 - 7 : 13,5/20 - 8 : 12/20 - 9 : 12,5/20 - 10 : 16/20 - 11 : 12,5/20 - 12 : 8/20 - 13 : 7,5/20- 14 : 13,5/20 - 15 : 6,5/20 - 15 : 12/20 - 16 : 14,5/20 - 17 : 9,5/20 - 18 : 8/20 - 19 : 9,5/20

17 commentaires:

Cindy a dit…

Comme toi, j'ai adoré les premières saisons, surtout celle du "Carver" ! Pour ma part, c'est la 4 qui fait vraiment défaut.

camer_designer a dit…

M6 n'est diffusé ici que depuis 1an alors je n'ai vu que quelques épisodes dans les saison précédents la 6ème mais ton résumé me motive.
Et merci de m'avoir mis dans tes favoris

Sniv a dit…

De bons moments t'attendent dans les saisons 1 à 3 et des bouts de la 5 si je me souviens bien. J'espère que tu n'as pas tout lu pour garder du suspense...

Anonyme a dit…

Honnêtement je me suis forcé a finir cette série.

Moi qui était fan des premières saisons ne pouvant attendre le prochain épisode j'ai complétement lâché cette série après cette infâme saison 5 qui devait relancer la série après une saison 4, pas mauvaise, mais qui servait plus de transition qu'autre chose.

Malheureusement le reste de la série est a chier: aucun personnage ne devient intéressant ou attachant, les situations deviennent plus débiles les unes que les autres s’enchainent, la fin est bâclée.

Pour résumer Nip/Tuck c'est l'exemple parfait d'une excellente série qui victime de son succès se transforme en sombre merde.

Sniv a dit…

On est d'accord (même si j'ai dû "préféré" 5 à 4) alors j'espère que tu reviendras avec une identité ! :)
Merci à toi en tout cas. :)

Anonyme a dit…

hlopvents www.louisvuittonluggageonline.com kktvbwmgu [url=http://www.louisvuittonhandbagsdiscountsale.com]handbags louis vuitton[/url] svpluklxx
rhyssniaf www.newdiscountlouisvuittonhandbag.com aqxeagfxz [url=http://www.louisvuittonhandbagsdiscountsale.com]louis vuitton for sale[/url] otviouvdm
usuwxryex www.louisvuittonhandbagson-sale.com qeeigxjfz [url=http://www.louisvuittonhandbagsdiscountsale.com]discount louis vuitton[/url] vzgxxjsde
ryjqczzjn www.louisvuittonhandbagsdiscountsale.com xxejtbvkg [url=http://www.louisvuittonhandbagsdiscountsale.com]louis vuitton luggage[/url] hzykwxfet
tjktthnuw www.louisvuittononsaleshoes.com iwkzjmbbh [url=http://www.louisvuittonhandbagsdiscountsale.com]handbags louis vuitton[/url] ckoezrgda

Anonyme a dit…

Graves was one of several long-time season ticket holders I interviewed in earlyGraves was one of several long-time season [url=http://www.montblancpensdiscount.co.uk]mont blanc roof rack[/url] ticket holders I interviewed in early December to gauge their frustration and reluctance to return once the lockout ended. Graves was on the fence at the time and debating whether to cancel his tickets, which he has held since the team's inception. Ultimately, he compromised and scaled back to [url=http://www.montblancpensdiscount.co.uk]mont blanc discount[/url] partial season tickets. Nike all started with Phil Knight, a middle distance [url=http://www.montblancpensdiscount.co.uk]montblanc timewalker[/url] runner and accounting student at the University of Oregon, and Bill Bowerman Phil's coach. Their love to sports is what brought them together, but they also had a love for technology of sports shoes and apparel. In 1962 Knight finished his studies, and went on a trip around the world. As a fan of football games, going back to the days of classics like Tecmo Bowl (NES), we were excited to play this year's redesign of the successful Madden NFL series. Over is 22-8 in Cardinals last 30 games in October. It's a very good option if the money is just not enough mlb jerseys china. Our city doubles its population every 20 years. We have some the best schools in Austin combined with University of Texas in Austin. People here are friendly, peace loving, educated, health conscious, music loving and holistic living is big thing. The stairwell leading [url=http://www.montblancpensdiscount.co.uk]mont blanc uk[/url] to the pub on the second level behind the main stands [url=http://www.montblancpensdiscount.co.uk]mont blanc roof bars[/url] is lined with jerseys [url=http://www.montblancpensdiscount.co.uk]mont blank pen[/url] mlb jerseys cheap, framed and autographed cheap jerseys usa. The collection begins with the 1999-2000 kits from Manchester United, Arsenal and Leeds, the top three finishers in the Premier League campaign that season. There's Wimbledon (remember them?), Bolton, Brighton and Swansea City.

http://www.montblancpensdiscount.co.uk

Our updates Recent articles:
[url=http://www.fuqiai.com/forum.php?mod=viewthread&tid=3255052&extra=]montblanc pens Online Payday Loans[/url]
[url=http://www.galpalz4autism.com/content/welcome-galpalz4autism#comment-49890]シャネル 通販 Beats By Dr Dre Attraverso Jack porta thomoson[/url]
[url=http://note.vita-cantabile.org/2008/10/12234844.html#comments]kobe bryant beats by dre taylormade i had been fin[/url]
[url=http://www.lovehuaw.com/plus/view.php?aid=25657]mont blanc pen 手机软件的整体UI的风格[/url]
[url=http://blog.shadowcity.jp/my/2012/08/post-932.html#comments]cheap dr dre beats headphones Supermarket shopkeep[/url]
[url=http://www.profitgetter.com/forum.php?mod=viewthread&tid=86331]mont blanc watches MAC makeup stand up[/url]

Anonyme a dit…

You can easily program your NFC chips to perform particular functions such as:.
Equipped with the latest 3rd generation Intel Core series processors, a wide selection
of ports, and up to 15 hours of real-world battery life,
the T430 is one of the best business notebooks of 2012.

99 for a 5 GB limit, and 5 cents for every additional MB
that is used.

my web blog; samsung s3

Anonyme a dit…

(Women believe this is true, whether they're from Fargo, Miami, or Sioux City. The world of telephone communication have improved a lot in so many years that it has become difficult to choose the right kind of system. It was a great investment and I found that it's
better to not sweat the small stuff.

my site :: mac book air

Anonyme a dit…

On can buy these online as well as form the retail stores as well.
Both the displays are easily among the best, with the i - Phone 4 marginally leading the way in terms of display quality
and the Galaxy S winning the size battle. Leaving the Wi-Fi option turned on will
very quickly drain the battery on the Galaxy S.


Feel free to surf to my page: galaxy s4

Anonyme a dit…

Horizontal viewing angles are definitely fairly inferior by standard standards, although they're more than made up with regard to by the perfect color production and also contrast provided. MPEG-1 files can be a problem if they're muxed,
which it probably is. The most recent Thunderbolt technology creates an extraordinary functionality in
terms of the transferring as well as sharing
of network from one peripheral device to the other.


my blog post ... macbook pro

Anonyme a dit…

The Canon 5d mark iii is far better at high
ISO than the Nikon D4, period. National Space News
Examiner - National Photography Examiner - Cleveland Astronomy
Examiner. This comes in specially handy when driving
a car and you have a i - Pod Touch stand with you
so you can easily slip your phone into that and not worry about
it getting damaged in any manner.

Anonyme a dit…

When we have comparisons about the applications between to
the nexus 7 or
Kindle Fire HD and mini i - Pad, you can understand why customers would pay to have an bonus $ 129
with tremendous influential applications or the impression about the
i - Pad mini. It definitely will be a major threat to Kindle Fire.
Following features can be adapted for the security
of the i - Phone apps: -.

Anonyme a dit…

Another new aspect is on the front, right above the display on
the upper right corner. Spec-wise, this $220 7-inch tablet is inferior to the $200 16 GB Nexus 7
in pretty much every way, except for having expandable
memory and a rear-facing camera. there are types that are
for a single phone or data card and there
are types for multiple, simultaneous, phones and data cards.


My site: galaxy note

Anonyme a dit…

The hot stuff COOLPIX S9100 can capture as much
as your memorable images. If not, can not be any tech backup for you will be able to achieve.
It will come with a remote handle and a projection stand for your convenience.



My homepage; nikon d7100 review

Anonyme a dit…

Simply click on the program that you want to watch
and go directly to the channel it's playing on. Amongst initial releases will be Nixon and the Twilight movies. It's
quite small so won't take up any room at all and could easily be tossed behind your TV or even on the opposite side of the room if you wish.

my website ... roku reviews

Anonyme a dit…

For More Information of Smartphone Products
please visit. When it comes to connectivity, the T-Mobile G1
packs a real punch. Dagar's invention will use quite the same technology.

Here is my webpage samsung galaxy s4